Magali Solignat   Comédienne, auteure, metteure en scène, clown et classes théâtre

Être comédienne, créer des spectacles, avoir une culture théâtrale, enseigner l’art dramatique avec des comédiens confirmés ou semi-pro et des jeunes, travailler en Conservatoire. C’est mon métier depuis vingt ans.

 

Très tôt j’ai enseigné le jeu d’acteur passant de la comédie à la tragédie, du classique au contemporain, du comique à l’absurde. J’ai la chance d’avoir été dirigé par de grands metteurs en scène, de faire partie de plusieurs troupes et de jouer dans différentes Scènes Nationales.

 

Ce que j’aime avant tout dans le spectacle vivant, c’est partir de la dramaturgie, construire pas à pas la mise en scène et la voir se construire. Prendre le temps de mûrir une réflexion scénique sur un sujet qui me touche. A l’intérieur d’une œuvre je mélange souvent différents arts du spectacle.


J’ai été directeur artistique de la Compagnie Aloé Théâtre pendant 13 ans. Cela m’a demandé de faire des choix artistiques mais aussi de travailler sur la production de spectacles.

 

En répétitions, on part souvent de l’improvisation théâtrale dans les créations après avoir fait un travail à la table, autour du texte.

 

Mes élèves adorent l’impro c’est une façon plus simple pour eux d’aborder la scène. Avec mes élèves nous allons voir ensemble plusieurs pièces de théâtre par an. Cela nous permet d’avoir un langage commun, de réfléchir ensemble sur le sens théâtral, l’intelligence émotionnelle de la pièce, le jeu, réfléchir sur le propos ainsi que sur l’esthétique de la pièce. La pratique théâtrale demande plusieurs capacités comme celles de danser, de jouer d’un instrument ou de
chanter.


La mise en scène m’emmène petit à petit vers la scénographie. Écrire l’espace dans lequel l’histoire va avoir lieu est comme une continuité à la mise en scène. Même si je préfère travailler en collaboration avec un(e) scénographe, travailler en binôme sur la scénographie est un des aspects jouissifs de la mise en scène. Ce que j’aime aussi c’est voir les idées se mettre en place comme par magie. Peter Brook dit un metteur en scène est un aveugle que les autres suivent, j’adore cette vision.
 

A chaque nouveau spectacle il faut : - Faire passer des auditions pour le casting et distribuer après les rôles. Dans mes pièces je n’ai jamais besoin de figurants. Mais je peux avoir besoin de danseurs ou de musiciens sans que cela soit une comédie musicale. Dans ce cas de figure, je parlerais plus de spectacle musical. Il est important de construire un esprit de troupe avec son équipe de comédiens car nous allons passer beaucoup de temps ensemble sur les planches mais aussi en tournée. Les moments de pause sont aussi des moments de création. Ensuite il faut avancer avec la costumière. Les costumes de théâtre ont leur propre exigence. Il faut qu’il soit facilement lavables, tenaces et qu’ils s’enfilent vite pour les changements de costumes qui doivent se faire des fois en cinq secondes… Au cinéma j’ai eu le bonheur de participer à plusieurs tournages. Etre de cinéma est différent par rapport aux horaires et à la façon de travailler les scènes de manière non chronologiques par exemple.

 

Aujourd’hui être comédien est vraiment devenu un métier même si certains restent perplexes là-dessus. J’ai encore beaucoup de gens autour de moi qui en doutent, car pour eux ça ne peut être qu’une passion. Pour moi travailler sur des spectacles n’a jamais été une passion. Mais jouer la comédie m’a permis d’ouvrir ma curiosité et mes savoirs au service d’une œuvre. J’ai beaucoup de chance d’avoir commencé très tôt ma carrière de comédienne. Ca me permet de prendre le temps d’avoir un regard artistique sur la vie.

  • Instagram - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

Site réalisée par CC.PICTURES